Initiative locale à l’Agro-écologie face au changement climatique pour la gestion des ressources en EAU et Sol

June 23, 2017

Congo, The Democratic Republic of the Placeholder
Congo, The Democratic Republic of the

Initiative locale à l’Agro-écologie face au changement climatique pour la gestion des ressources en EAU et Sol

A propos de l'organisation chargée de la mise en oeuvre: 

Nom: Groupe d'Etude et d'Action pour la Protection de l'Environnement, GEAPE

Pays: Congo, The Democratic Republic of the

Année de fondation: 2009

Type d'organisation:  Statut juridique sans but lucratif reconnu

Description

La population de Kibumba estimée à 38 280 habitants pratique l’agriculture et l’élevage. La zone a connu des guerres occasionnant le pillage de l’élevage et l’abandon de champs, et les consequences du changement climatiques, dont les érosions. Les ménages consomment principalement l’eau de pluie. A cela s’ajoutent les cas de viols des femmes par les goupes armées suite à la recherche de bois de chauffage ; avec la degradation du sol, les habitants exploitent les arbres PNVi. Les ONG internationales (Action Aid, PAM, COOPI, AFDI) fournissent les vivres. L’ONG Kacheche leur avait distibué des eucalyptus qui ont apprauvri le sol. La centrael hydroelectrique de Matebe de l'Alliance Virunga ne va pas desservir Kibumba. D’où le fait que les agriculteurs ont du mal à relancer les activités de développement durables. GEAPE, depuis 2013, a développé une approche d'agro-écologie. Au debut, 30 géniteurs des lapins ont été distribués aux familles pour les besoins socio-écomiques, qui à leur tour, après que leur lapin ait mis bas, remettent un lapereau dans le clapier communautaire. Pour le moment, plus de 135 lapins ont été élevés à travers l’approche de Gestion Participative Communautaire, plus de 4 250 espèces d’agroforesterie fertilisant et protégeant contre les érosions et l’improductivité du sol. Nous avons construit un puit et avons fait le plaidoyer de l'eau, veritable innovation.

Élément de la nature

Forêts / Terres humides / Faune

Tipo de Acción

Protection / Restauration / Utilisation durable / Défense des droits à la terre et à l’eau

Elemento de Desarrollo Sostenible

Emplois et moyens de subsistance / Sécurité alimentaire / Sécurité de l’eau / Réduction des risques de catastrophes / Paix et sécurité / Énergie renouvelable

Objectifs de développement durable mis en oeuvre

        

Impacts environnementaux

Par manque d'arbres, la population partait couper les arbres dans le Parc National des Virunga et pratiquait le braconnage, pour le besoin en protéines animales. L’élevage et le plantage des arbres de notre initiative protègeent la faune et la flore de cette aire protégée. En outre, par manque d’eau, la population partait chercher les étangs d’eau dans le Parc avec un risque d'épizootie entre l’homme et la faune sauvage. La construction du puits d’eau protège la faune sauvage. D’autres part, les arbres plantés fertilisent le sol et empêchent les érosions pour une gestion durable, sans oublier la séquestration du dioxyde de carbone.

Impacts sur le développement durable

Notre initiative renforce l’élevage et le plantage des arbres. Or, l’élevage et les arbres sont une source de revenus et d’emplois. En fertilisant le sol couplé par l’élevage, nous luttons contre l’insécurité alimentaire. Le puits que nous avons construit aide à la sécurité de l’eau. Les plantes aident à lutter contre les catastrophes naturelles, notamment les inondations, les glissements de terrains qui occasionnent les proliférations de maladies hydriques, c'est-à-dire que notre initiative favorise également la bonne santé. Avec les travaux communautaires, notre initiative permet aux gens de différentes tribus de travailler ensemble, ce qui favorise la paix et la cohabitation pacifique. Enfin, les arbres que nous avions plantés sont une source d'énergie renouvelable.

Évolutivité

Les autres organisations, pour lutter contre le réchauffement climatique, encouragent le reboisement. C’est ainsi qu’ils encouragent à planter les arbres dans leurs champs. Cette approche cause de difficultés. Comme les arbres plantés sont des eucalyptus, cela rend les sols infertiles, bloquant ainsi l’agriculture, alors qu'elle est à la base du développement durable. C’est pourquoi nous développons l’approche de l’agroforesterie, c'est-à-dire associer la culture avec les plantes fertilisantes qui, en même temps, luttent contre le réchauffement climatique, fertilisent le sol ; les plantes sont une source d’énergie. En outre, en associant l’élevage, ca permet de fabriquer les engrais biologiques à partir des excréments des animaux. Comme plus de 70 % la population de la RDC pratique l’agriculture, si elle est initiée à l’agro-écologie, cela permettra concilier la lutte conte le réchauffement climatique et la pauvreté, pilier de développement durable.

Réplicabilité

Pour lutter contre le réchauffement climatique, il faut concilier la foresterie et l’agriculture sans que l’une n'empiète par sur l’autre. Avec l’appauvrissement du sol dont souffrent les petits agriculteurs, et à cause duquel certains commencent à recourir aux engrais chimiques, nous rencontrons aussi le problème de la déforestation. Or, toute initiative visant à fertiliser le sol est bien accueillie par les agriculteurs par les arbres légumineux qui peuvent encore être une source d’énergie. L’approche communautaire permet que la lutte contre le réchauffement climatique à travers l’agro-écologie doit devenir l’affaire de toute la communauté, et de cette facon on peut reproduire cela dans d'autres parties du territoire.

Partagez cette solution:

 


 

Equator Blog

About Equator Initiative 

Contact Us

Follow Us: