Reconnaissance et Marquage des arbres fruitiers et arbres d’intérêt médicinal

June 23, 2017

Gabon Placeholder
Gabon

Reconnaissance et Marquage des arbres fruitiers et arbres d'intérêt médicinal

A propos de l'organisation chargée de la mise en oeuvre: 

Nom: Association Culture Nature Edwengui (ACNE)

Pays: Gabon

Année de fondation: 2003

Type d'organisation:  Community-based association or organization, Legally recognized non-profit status, Public-private partnership, Indigenous group or organization, Ethnic minority group or association

Description

L'exploitation forestière autour du Massif Forestier de Minkébé, selon les communautés autochtones et locales, confirme l'assertion que "dans le lot des essences exploitées dans les Concessions Forestières, existent également les arbres fruitiers et les essences d'intérêt médicinal".

SOLUTION 1 : Le marquage des arbres fruitiers (couleur blanche) doit précéder toute exploitation forestière, aussi bien dans les Concessions sous Aménagement Durable (CFAD) que dans le domaine forestier environnant. Comme conséquence à Court, Moyen ou Long Terme: Réduction de l'impact sur l'environnement forestier.

SOLUTION 2 : Maintien et valorisation des connaissances écologiques médicinales traditionnelles entretenues dans la région.

SOLUTION 3 : Création des jardins botaniques et autres aires protégées.

Cette action (première du genre) dans les permis d'exploitation du Massif Forestier de Minkébé impliquera pleinement les acteurs de la minorité autochtone pygmée du nord du Gabon à se prononcer sur la valeur réelle de chaque espèce de la flore en présence. Bien qu'initiée plusieurs années après le démarrage des coupes de bois, les communautés autochtones et locales, doivent apporter leur contribution sur les "Principes" de Certification forestières : cas de Minkébé.

Élément de la nature

Forêts / Montagnes / Terres humides / Rivières / Faune

Tipo de Acción

Protection / Utilisation durable / Intégration dans les secteurs / Accès et partage des avantages / Prévention de la pollution, nettoyages / Espèces envahissantes / Sensibilisation et éducation / Défense des droits à la terre et à l’eau

Elemento de Desarrollo Sostenible

Emplois et moyens de subsistance / Sécurité alimentaire / Sécurité de l’eau / Réduction des risques de catastrophes / Paix et sécurité / Santé / Énergie renouvelable / Action climatique

Objectifs de développement durable mis en oeuvre

      

Impacts environnementaux

Le projet "SAPPM" est un ensemble de mesures cohérentes qui reposent sur la reconnaissances des terres et terroirs des communautés autochtones et locales, dans la perspective de respecter ces écosystèmes. Au début des années 2000, le Fonds Mondial pour la Nature (WWF), à travers le projet de conservation de la forêt de Minkébé, estimait sa population d'éléphants à 40 000 individus. Pendant la même période, l'anthropologue du programme estimait le nombre annuel d'éléphants prélevés à 100 individus/an, avec une population de chasseurs autochtones atteignant 70 personnes (Mvé Mebia, 2001). En effet, la nécessité de développer des alternatives économiques dans la région de Minkébé constitue un impératif. En 2017, le Directeur Exécutif de l'Agence Nationale des Parcs Nationaux (ANPN) annonçait que la forêt de Minkébé est victime d'environ 80% de pertes de ses d'éléphants (Lee WHITE, février 2017). Simultanément, l'exploitation forestière progresse, favorisant la fuite des éléphants.

Impacts sur le développement durable

Sur la base des trois dimensions qui structurent le développement durable, à savoir la société (communautés autochtones), l'environnement (les sites en exploitation, y compris l'orpaillage) et l'économie (rendement productif de l'exploitation des ressources), il en résulte respectivement :

1) Dimension sociale : les communautés autochtones ne sont pas suffisamment impliquées dans la gestion des ressources forestières. Cette situation peut aboutir à moyen ou long terme aux conflits. Il en est également de même que les normes de propriété foncière ne sont pas territorialement respectées.
2) Dimension environnementale : les essences dites sacrées ne sont pas exemptes de coupes (exemple du "Kévazingo"), ainsi que d'autres essences. Les perspectives de production de bois sont de l'ordre de 25000 mètres cube par an.
Aussi, convient-il de faire observer que la gestion des rivières Kyè, Ntem Okano, Ayina, n'est pas connue en amont.
3) Economique : opacité dans le partage des bénéfices.

Évolutivité

L'action doit être étendue au niveau national, à partir de l'expérience de Minkébé. La raison partagée, c'est que les populations autochtones et locales doivent être impliquées dans les programmes d'aménagement forestier au Gabon. Du fait de l'existence des mêmes écosystèmes forestiers, du Sous-Bassin Ogooué (Bassin du Congo).

Réplicabilité

L'action est novatrice au Gabon. Elle est recommandée dans le Bassin du Congo, après une "Une étude de faisabilité sur la mise en oeuvre des principes 2 et 3 du FSC dans le Bassin du Congo menée en République Démocratique du Congo, en République du Congo et au Gabon" (Jérôme Lewis, Luke Freenen et Sophie Borreill, 2008). Ayant recommandé un outil méthodologique, applicable en milieu autochtone, désigné CLIP (Consentement Libre et Informé Préalable), cette procédure va dans le sens d'impliquer les populations autochtones dans le processus de la gestion forestière dans le Bassin du Congo. Dans cette perspective, le CLIP favorise la mise en place des Principes 2 et 3, qui, respectivement se résument autour de "Régime foncier et droits d'usage et responsabilités" (1), puis sur "Les droits des peuples autochtones" (3). En d'autres termes, les droits fonciers et d'usage à long terme des ressources foncières et forestières doivent être légalement établis.

Partagez cette solution:

 


 

Equator Blog

About Equator Initiative 

Contact Us

Follow Us: