Mise en place de la première organisation structurelle d’un réseau payant de ramassage et de la collecte des ordures pour les quartiers nécessiteux avec des outils adéquats et utilisation des panneaux de sensibilisation avec des messages.

June 27, 2017

Djibouti Placeholder
Djibouti

Mise en place de la première organisation structurelle d'un réseau payant de ramassage et de la collecte des ordures pour les quartiers nécessiteux avec des outils adéquats et utilisation des panneaux de sensibilisation avec des messages.

A propos de l'organisation chargée de la mise en oeuvre: 

Nom: Association pour la Protection et la Sauvegarde de l'Environnement de la Région d'Ali Sabieh (APSERAS).

Pays: Djibouti

Année de fondation: 2012

Type d'organisation:  Association ou organisation communautaire / Statut juridique sans but lucratif reconnu

Description

Cette première solution intervient dans un contexte déjà alarmant au niveau de l'accumulation des ordures sauvages à travers les quartiers et les voies publiques, faute de structure de collecte initiale, avec des conséquences dramatiques sur la santé et l'hygiène de la population riveraine. Alors la solution a été de mettre en place pour la première fois avec les outils adaptés (sacs plastiques, brouettes et pelles, petites motos PAJAJ et PIAJO), le premier réseau de ramassage et de collecte d'ordures, moyennant une cotisation participative très faible. Cette solution a comblé le vide et innové l'ancien système de la voirie préfectorale qui utilisait un seul et unique camion-benne pour une population de plus 45 000 habitants. Notre solution proposait pour la première fois d'abord un réseau de collecte des ordures jusque dans les maisons par la distribution dans un 1er temps des sachets en plastiques (prix très faible à la pièce et 3 fois par semaines). Dans un 2nd temps les usagers devraient déposer les sacs plastiques chargés d'ordures devant leurs maisons pour que nos agents assurent le déplacement jusqu'à un point de collecte temporaire. Ces mesures ont permis d'éviter la dispersion sauvage des déchets dans la nature et minimiser les risques de contamination des puits, des nappes souterraines après les fortes pluies, les risques dégénérations par les bétails et les autres animaux domestiques.

Élément de la nature

Montagnes / Terres humides / Rivières / Prairies / Terres arides / Faune

Tipo de Acción

Protection / Utilisation durable / Accès et partage des avantages / Prévention de la pollution, nettoyages / Sensibilisation et éducation / Défense des droits à la terre et à l’eau

Elemento de Desarrollo Sostenible

Emplois et moyens de subsistance / Sécurité de l’eau / Réduction des risques de catastrophes / Paix et sécurité / Santé / Action climatique

Objectifs de développement durable mis en oeuvre

        

Impacts environnementaux

Cette solution a permis d'abord un assainissement claire et sain de l'environnement immédiat des quartiers concernés, en contenant et régulant la dispersion sauvages des sacs non biodégradables et les autres déchets organiques dans un espace vital. Ce qui a aussi eu pour effet réel la conservation des espaces végétaux (arbres et plantes) et la protection de la faune (car transportés par les rivières lors fortes pluies, les sacs non biodégradables menaçaient les primates, les animaux sauvages et même domestiques) et sans oublier les dommages causés aux cultivateurs et éleveurs de troupeaux. Ce qui provoquait parfois des exodes massifs de populations rurales vers la ville avec des tensions communautaires, considérées comme des déplacées climatiques. Enfin, cette solution a permis de limiter les risques de pollution des nappes et des points d'eaux utilisés par ces populations et leurs cheptel, en permettant la préservation et le régénération durables de ressources naturelles.

Impacts sur le développement durable

Pour l'emploi et les moyens de subsistance, l'initiative a eu pour effet de permettre la création d'emploi durables, pour 60 personnes (dont 40 femmes), rémunérées avec la recette des cotisations, en leurs permettant d'assurer les dépenses familiales. Pour la sécurité de l'eau, le processus de collecte et de la destruction commune des déchets dans des lieux spécifiques a permis de préserver la qualité de l'eau dans les puits, les oueds, tout en réduisant les risques d'aridités des sols cultivables auparavant pollués par les déchets véhiculés par les oueds, évitant les sécheresses récurrentes. Ainsi les cultivateurs ont repris peu à peu leurs activités de productions maraîchères, même très faible pour assurer une sécurité alimentaire adéquate à ce niveau du processus, apaisant leurs tensions communautaires. Enfin, nos actions de sensibilisations et d'éducations ont permis de réduire les risques pour la santé animale, humains et végétale, en préservant un écosystème favorable.

Évolutivité

L'action devrait être étendue d'abord aux autres quartiers de notre ville car, du fait de son caractère de projet pilote, la situation de ces derniers reste toujours déplorable. Notre action a été reprise dans certains quartiers de la capitale mais elle pourrait être reproduite dans les autres localités de notre région dépourvues de tout système de collecte des ordures, même à l'état embryonnaire. Et pour cause, dans l'état actuel des choses, la situation concernant cette question transversale est trop vitale pour les exigences de notre climat et surtout le devoir de laisser un avenir et un écosystème sain pour les générations futures.

Réplicabilité

En partant des exemples des localités des pays limitrophes (localité de Aicha'a en Ethiopie à 40 km de notre frontière et celle de Salal en somaliland) et du constat de l'inexistence d'une gestion rationnelle des déchets lors de nos nombreuses visites de courtoisie, avec qui nous entretenons déjà des liens de partenariats constant. Notre action pourrait être reproduite dans ces localités plus facilement à travers les contacts et rencontres permanent transfrontaliers et la facilité de la proximité culturelle de ces peuples frères et amis. Toutefois, ces localités disposent, contrairement à notre climat aride, une faune et une flore très dense, très importante pour être préservées dés maintenant afin de créer les conditions basiques d'un développement durable. NB : on n'a pu joindre notre rapport annuel et les photos à cause d'un problème technique sur "online". On serait très heureux de le faire ultérieurement par l'intermédiaire de notre coordonnatrice du FEM/UNOPS à djibouti.

Partagez cette solution:

 


 

Equator Blog

About Equator Initiative 

Contact Us

Follow Us: