Plante la vie

June 27, 2017

Senegal Placeholder
Senegal

Plante la vie

A propos de l'organisation chargée de la mise en oeuvre: 

Nom: Nebeday

Pays: Senegal

Année de fondation: 2011

Type d'organisation:  Association ou organisation communautaire / Statut juridique sans but lucratif reconnu / Groupe ou organisation autochtone / Groupe ou association de jeunes

Description

L’initiative « Plante la vie » consiste à ce que les populations locales plantent au sein de leurs concessions des Moringas.

Cet arbre permet à ses planteurs de bénéficier de nombreux services : de l’ombre, des feuilles cuites pour le plat traditionnel « tiare boum », des feuilles séchées au pouvoir calorifique exceptionnel permettant de lutter contre la malnutrition, etc. De plus, ces arbres à croissance rapide permettent de stocker du carbone.

L’initiative « Plante la vie » contribue au développement local et durable de communautés dont la survie est intimement liée aux ressources naturelles. Elle permet aussi de mener une action plus globale de capture du carbone dans le cadre du changement climatique.

Le "Moringa" ou Nébéday en wolof est un arbre à multiples vertus, thérapeutiques, nutritionnelles et de croissance rapide qui s'adapte aux climats les plus arides.

L’objectif de l’initiative « Plante la vie » consiste à ce que les populations locales plantent au sein de leurs concessions des Moringas.

Élément de la nature

Forêts / Terres arides

Tipo de Acción

Protection / Restauration / Utilisation durable / Intégration dans les secteurs / Accès et partage des avantages / Sensibilisation et éducation

Elemento de Desarrollo Sostenible

Emplois et moyens de subsistance / Sécurité alimentaire / Santé / Action climatique

Objectifs de développement durable mis en oeuvre

          

Impacts environnementaux

L’association Nébéday à lancé en juin 2016 une vaste campagne de reboisement dans la région de Fatick, avec pour objectif de planter 100 000 arbres. Objectif très largement dépassé.

C’est donc au total 238 619 arbres qui ont été plantés dans cinq aires protégées, sur l’axe routier Sandicoly-Médina, dans les écoles de la région et les villages environnants de la forêt classée de Sangako dans la région de Fatick.

Toutefois, il faut noter que ¾ des arbres plantés l’ont été dans des écosystèmes estuariens (AMP de Joal, RNCP de Palmarin). Les palétuviers (Rhyzophora) plantés dans ces aires marines protégées sont beaucoup plus simples à planter qu’un arbre continental.

Les trois espèces les plus plantées sont les palétuviers, les rôniers et les anacardiers.

Impacts sur le développement durable

Grâce à la réussite des opérations de reboisement à travers le programme "Plantons la vie", de nombreux écosystèmes forestiers ont été restaurés. Ces actions permettront à ses planteurs de bénéficier de nombreux services : de l’ombre, des feuilles cuites pour le plat traditionnel « tiare boum », des feuilles séchées au pouvoir calorifique exceptionnel permettant de lutter contre la malnutrition, etc.

De plus, ces arbres à croissance rapide permettent de stocker du carbone.

A terme, ces arbres contribueront à la régénération de la forêt et assureront une durabilité des ressources principale source d'alimentation et de revenus des populations locales. En s'impliquant directement, les populations démontrent leur engagement pour la protection des ressources naturelles.

Évolutivité

Le Sénégal est un pays d’Afrique de l’Ouest dont la majeure partie est en zone sahélienne. Le climat y est très sec. La saison des pluies se répartie sur 3 mois, de Juin à Septembre. Faire pousser un arbre relève donc du challenge. De plus, les Sénégalais voient dans leurs ressources naturelles un cadeau de Dieu et ne gèrent donc pas leurs arbres sur le long terme.
L’action de planter un arbre prend donc une toute nouvelle signification dans ce contexte : il s’agit de sensibiliser les populations et de les accompagner pour une bonne gestion de leurs ressources arborées pour le futur.

Réplicabilité

Cette activité est en parfaite adéquation avec la lutte contre la désertification et la disparition de certaines espèces si précieuses à l'équilibre des écosystèmes et à la vie des populations autochtones. Il s'agit d'agir en parfaite synergie avec les programmes développés dans la sous-région afin de conserver la bande verte de la zone sahélienne menacée de plus en plus par l'avancée du désert et l'érosion côtière due aux changements climatiques.

Partagez cette solution:

 


 

Equator Blog

About Equator Initiative 

Contact Us

Follow Us: