Développement de la résilience climatique à travers le renforcement des Agdals et de la transhumance (Mise en défens communautaire)

June 29, 2017

Morocco Placeholder
Morocco

Développement de la résilience climatique à travers le renforcement des Agdals et de la transhumance (Mise en défens communautaire)

A propos de l'organisation chargée de la mise en oeuvre: 

Nom: Association des transhumants de Ait Zaghare

Pays: Morocco

Année de fondation: 2006

Type d'organisation:  Association ou organisation communautaire

Description

Dans la localité d’Imi-Noulaoun, il existe trois Agdals qui ont été préservés et renforcées à travers le projet. L'innovation dans cette solution consiste en la relance de cette pratique ancestrale ainsi que des savoirs coutumiers et traditionnels de mise en défens qui sont ancrée dans la culture de la population et qui risquent de disparaitre en raison des conditions difficiles de transhumance et de sa transgression par les tribus voisines. Un fonds roulants sous forme de mécanisme d'incitation économique a été mis en place en vue d'encourager la mise en défens et la transhumance. Le rôle de ce mécanisme prend toute son importance en période d'événements extrêmes en tant qu’instrument de premiers secours dans les cas d’urgences, le temps de mobiliser les fonds nécessaires qui sont généralement beaucoup plus importants.

Élément de la nature

Montagnes / Terres arides / Faune

Tipo de Acción

Protection / Restauration / Utilisation durable / Sensibilisation et éducation / Défense des droits à la terre et à l’eau

Elemento de Desarrollo Sostenible

Emplois et moyens de subsistance / Réduction des risques de catastrophes / Santé / Action climatique

Objectifs de développement durable mis en oeuvre

      

Impacts environnementaux

Le projet a redynamisé la transhumance dans3 Agdals de 1500 Ha. Les témoignages des bénéficiaires (transhumants, femmes) ont attesté à l’unanimité que l’état des agdals en termes de richesse florale s’est beaucoup amélioré. Ce constat est dû au recul de la pratique de surexploitation du bois de feu pas les femmes et au respect de la mise en défense. Il a été noté le retour de certains animaux, principalement, la gazelle, le loup, le renard, le lièvre et la perdrix.

L'initiative a aussi contribué au renforcement de l’infrastructure pastorale composée d’abri et points d’eau bénéficiant à plus de 280 personnes et mis en place un fonds de soutien aux pratiques de la transhumance. Le fonds a accordé près de 335 prêts et a permis aux transhumants de faire face aux aléas climatiques notamment aux séries de sécheresses qu’a connues la région.

Les actions de sensibilisation/éducation environnementale ont eu un effet de cascade et sur l’élargissement des zones protégées.

 

Impacts sur le développement durable

Les transhumants bénéficiaires attestent, en effet, que leurs niveaux de vies se sont améliorés. Le fonds qui a tourné 7 fois au total durant la période du projet, leur a permis de ne pas sombrer dans un état de pauvreté plus poussé et de limiter ainsi les dégâts financiers à cause des séries de sécheresses qu’a connu la région ces dernières années.

A travers la construction du point d’eau « Abni Nbarghn » le projet a également permis d’épargner une charge de travail pénible de montée et décente en montagne qui incombait à la femme pour s’approvisionner en eau. Cette activité en particulier qui a des répercussions positives sur la santé maternelle est source de très grande satisfaction des femmes qui disent avoir dégagé du temps qu’elles pourront exploiter pour développer d’autres activités, notamment la production d’articles traditionnelles.

Évolutivité

Le projet vise une zone très marginalisée, cloisonnée et montagneuse (très difficile d’accès), la population l’habitant se caractérise par un grand taux de pauvreté et conditions difficiles de vie ainsi qu’un très faible taux d’éducation.

Le défi était justement de pouvoir amener la population ciblée (principalement les transhumants) à lier leur sort à celui de leur nature, de les convaincre à travers des méthodes vulgarisées que la biodiversité et l’économie ont la même racine.

L'initiative a pleinement amené les transhumants à comprendre les enjeux et à se soucier de leur environnement et du lien qui existait entre leur espace et la qualité de leur vie. Un travail qui a réussi d’abord par la priorisation des soucis de la communauté à travers l’écoute de besoins génériques de base.

Cette dynamique et la prise de conscience actuelle de la communauté pour aller vers plus de résultats durables constituent des éléments clés renforçant l'évolutivité plus large de l'initiative.

Réplicabilité

L’ORMVAO, institution qui relève du Ministère de l’Agriculture et qui inscrit sa collaboration avec l’association Ait Zaghar sur ce projet comme étant une porte d’entrée pour une meilleure valorisation de la transhumance et du secteur de l’élevage dans sa globalité a invité l’association aux consultations effectuées dans le cadre d’un programme pour le développement pastoral et la régulation des flux des transhumants. Ce programme, qui a démarré en 2015 au niveau national, consiste à penser et innover en matière de solutions d’abris dans le sens large en essayant d’adapter les outils pour chaque région et groupe ethnique de transhumants. En parallèle, le Ministère a préparé avec l’aide du FAO un dossier pour un financement complémentaire du GEF pour l’implication du GEF notamment pour la mise en application de la loi pastorale marocaine qui vient de voir le jour.

 

Partagez cette solution:

 


 

Equator Blog

About Equator Initiative 

Contact Us

Follow Us: